Espèce
autochtone

Vous avez vu
un écureuil ?

Dites-le nous !

L'aide du public est précieuse !
Vos observations permettent de mieux les connaitre, donc de mieux protéger et gérer les populations.

Les relations interspécifiques

Les écureuils exotiques, une menace ?
Cas de l’Écureuil gris.

Écureuil gris

En Grande-Bretagne, l’introduction de l’Écureuil gris (Sciurus carolinensis) s’est traduite par l’élimination progressive de l’Écureuil roux. Bien que le gris soit d’un gabarit supérieur au roux, il n’a pas été observé de relations agonistiques entre les deux espèces. Deux autres hypothèses ont été avancées pour expliquer l’exclusion du roux.

L’Écureuil gris, dont l’habitat originel en Amérique du Nord est constitué de forêts de feuillus, est une espèce particulièrement bien adaptée à ce type d’habitat, utilisant au mieux les ressources alimentaires disponibles. Inversement, non soumis à la compétition vis-à-vis d’autres espèces d’écureuils en Europe, le roux s’est installé dans une large gamme d’habitats, les forêts de feuillus n’étant pas son habitat de prédilection, préférant les forêts de conifères ou les forêts mixtes, feuillus-conifères.

Pour ces deux espèces, et pour les écureuils en général, la reproduction (âge à la première reproduction, nombre de portées par an et nombre de jeunes par portée) est fonction des ressources alimentaires. En absence de nourriture, ils ne se reproduisent pas, ou moins.

Dans les forêts de feuillus, les écureuils gris, tirant bénéfice des glands (contrairement à l'Écureuil roux), vont se développer et atteindre des densités pouvant être très élevées. Contrairement à l'écureuil roux, l'écureuil gris continue à se reproduire, même lorsqu'il est présent en forte densité. Ainsi, lorsque les ressources seront peu abondantes, la compétition avec l’Écureuil roux sera importante. En mauvaise condition physique, celui-ci ne va pas se reproduire. Si la situation persiste quelques années, l’Écureuil roux disparaîtra.

Compétition écureuil roux et écureuil gris en AngleterreUne autre hypothèse a également été émise en Grande-Bretagne : le rôle d’un virus appelé parapoxvirus, n’affectant pas l’Écureuil gris (jouant le rôle de réservoir) mais étant fatal à l’Écureuil roux. Toutefois, en Italie, où l’Écureuil gris a été également introduit, l’Écureuil roux est en nette régression alors que ce virus n’a jusqu’à présent pas été identifié.

Il semble ainsi que la compétition pour la nourriture explique en grande partie le remplacement du roux par le gris. En Grande-Bretagne, l’Écureuil roux est encore présent en Ecosse, où l’habitat, constitué de conifères, lui est plus favorable.

 

Cas de l'Écureuil de Pallas

Dans les Alpes-Maritimes, où l'Écureuil de Pallas (Callosciurus erythraeus) a été introduit à la fin des années 1960 (Cap d'Antibes), l'Écureuil roux n'est plus observé, ou très rarement, dans les habitats occupés par cet écureuil exotique depuis plusieurs décennies. Nous sommes ici dans une situation très semblable à la précédente (relations gris-roux), l'Écureuil de Pallas pouvant être présent en forte densité, épuisant ainsi les ressources lors de faibles disponibilités alimentaires. Très récemment, des travaux réalisés en Italie (Mazzamuto et al., 2016), ont montré que la présence de l'Ecureuil de Pallas réduisait la viabilité de la population d'Ecureuil roux.