Espèce
introduite

Vous avez vu
un écureuil ?

Dites-le nous !

L'aide du public est précieuse !
Vos observations permettent de mieux les connaitre, donc de mieux protéger et gérer les populations.

Vous souhaitez vous séparer de vos Écureuils à ventre rouge…

Vous avez un couple d’Écureuil à ventre rouge en cage et, pour diverses raisons, vous ne souhaitez pas les garder. Par erreur, vous avez en effet ramené d’un voyage en Asie un couple de jeunes écureuils à ventre rouge. Placé dans une grande cage, au cours des premiers mois de leur vie, cela n’a pas posé de problèmes particuliers. Mais, atteignant l’âge de la maturité sexuelle, les écureuils deviennent agressifs, ils ne se tolèrent plus dans leur espace réduit, et vous souhaitez vous en séparer.

C’est certainement un tel sénario qui a été à l’origine de l’introduction de cette espèce sur le Cap d’Antibes.

Si vous ne souhaitez pas les conserver, ne les relâchez pas dans la nature, vous contribuerez à l’extension de l’espèce en France, avec les conséquences décrites précédemment.

Malheureusement, il n’existe pas de structure d’accueil pour de tels animaux. Contactez nous pour trouver une
solution adaptée à votre problème.

 

Vous subissez des dégâts causés par l'écureuil à ventre rouge ?

Allez sur la page « Vous avez vu un écureuil ? ». Dans cette enquête, après avoir localisé sur carte l’observation d’un ou de plusieurs écureuils à ventre rouge, vous aurez la possibilité de mentionner les dégâts qu’ils occasionnent. Il vous sera également possible de joindre une photographie  (d’écureuil ou de dégâts) et d’ajouter un commentaire. Vous pouvez également nous joindre directement (ecureuilsEFFACER@mnhn.fr). Nous répondrons à vos questions.

 

Vous souhaitez qu’une personne du Plan national de lutte intervienne dans votre propriété pour limiter les écureuils à ventre rouge. Comment faire ?

Contactez nous (ecureuilsEFFACER@mnhn.fr). A votre demande, nous nous déplacerons pour évaluer la situation et pour apporter des solutions aux problèmes que vous rencontrez. N’intervenez pas vous même ! L’utilisation de méthodes non adaptées, comme l’empoisonnement par exemple, pourrait avoir un impact important sur d’autres espèces animales, tant sauvages que domestiques. Les actions de contrôle sont règlementées et seules des personnes habilitées à ce type d’opération sont autorisées à intervenir.