Espèce
introduite

Vous avez vu
un écureuil ?

Dites-le nous !

L'aide du public est précieuse !
Vos observations permettent de mieux les connaitre, donc de mieux protéger et gérer les populations.

Les relations interspécifiques

Encore mal reconnues, ces relations concernent principalement le Campagnol roussâtre, le Mulot sylvestre et l’Écureuil roux.

Campagnols et Mulots

En Forêt de Sénart, des piégeages effectués dans des secteurs proches avec et sans tamias ont montré la présence de populations de campagnols et de mulots équivalentes en densité. Si le régime alimentaire du Tamia est très proche de celui des deux petits rongeurs forestiers, ceux-ci ne semblent pas pâtir de sa présence. Ceci est confirmé dans d’autres sites étudiés (Bois de Verneuil-sur-Seine, parcs urbains des Hauts-de-Seine) où d’importantes populations de campagnols roussâtres et de mulots sylvestres cohabitent avec le Tamia.

Écureuils roux

Concernant les relations Tamia-Écureuil roux, les comparaisons des effectifs en écureuils roux en Forêt de Sénart dans deux secteurs, l’un avec tamias et l’autre sans tamia, montrent des effectifs supérieurs en écureuils roux en absence de tamias. Toutefois, les nombres d’écureuils roux observés dans ces deux secteurs sont extrêmement faibles, et d’autres facteurs peuvent expliquer les différences observées. Une interaction entre ces deux espèces est possible sur les plans parasitaire et alimentaire. Toutefois, pour l’instant, nous ne disposons pas de données pour conforter ces hypothèses.

Sur le Parc de Sceaux (Hauts-de-Seine) où les deux espèces cohabitaient, l’effectif en écureuils roux est très élevé (en relation avec l’apport de nourriture par le public) et celui en écureuils de Corée reste faible. Sur ce parc, les premiers tamias introduits (par un particulier ?) étaient indemnes de parasites intestinaux, et donc ils n’ont pu transmettre leurs vers intestinaux aux écureuils roux. Par ailleurs, aucun parasite de l’Écureuil roux n’infeste les tamias.

Des études complémentaires sont nécessaires pour comprendre les interactions potentielles entre les deux espèces.