Espèce
introduite

Vous avez vu
un écureuil ?

Dites-le nous !

L'aide du public est précieuse !
Vos observations permettent de mieux les connaitre, donc de mieux protéger et gérer les populations.

Comportement de l'Écureuil à ventre rouge

Domaine vital et dispersion

Écureuil à ventre rouge

Rongeur sédentaire, l’Écureuil de Pallas ne défend pas de territoire. La superficie de son domaine vital varie selon les habitats et le sexe des animaux (et également selon les études en fonction de la méthode utilisée).

Dans des forêts mixtes (feuillus et conifères) de Taiwan, le domaine vital des femelles est de 0,3 ± 0,1 ha (n=41) et celui des mâles de 1,4 ± 1,1 ha (n=20). Au Japon, dans des forêts mixtes, il couvre une surface de 0,5 ± 0,1 ha (n=31) pour les femelles et 2,1 ± 0,7 ha (n=27) pour les mâles. Sur la commune de Vallauris (Alpes-Maritimes), leurs domaines vitaux varient selon les saisons entre 2,2 ± 1,2 et 4,3 ± 0,8 ha pour femelles (n=7) et entre 5,8 ± 1,4 ha et 8,3 ± 1,2 (n=6) pour les mâles.

Lorsqu’ils sont sevrés, les jeunes quittent l'aire de naissance. A Taiwan comme au Japon, les jeunes femelles s’installent en général moins loin que les jeunes mâles, ceci avant leur 6ème mois.

Rythme d’activité

Nid d'Écureuil à ventre rouge

L’Écureuil de Pallas, rongeur diurne, est actif tout au long de la journée, avec un pic d’activité le matin.  Animal bruyant, ses cris sont entendus tout au long de la journée et surtout, en période de reproduction, le matin à l’aube.

Les individus s’abritent dans un nid de forme ellipsoïdale, constitué de branches entrelacées, d’environ 50 cm de diamètre, localisé à proximité du tronc ou sur des fourches de branches latérales de conifères et de feuillus.

Alimentation et dégâts

Trace d'écorcage par un écureuil à ventre rouge

L’Écureuil de Pallas, rongeur omnivore à tendance frugivore, se nourrit d’une grande variété d’items. Sur deux sites étudiés, l’un à Taiwan et l’autre au Japon, son régime alimentaire était constitué pour 90 à 95 % de fleurs, de fruits ou de graines (selon la saison) d’une trentaine d’espèces ; la part animale de son régime est peu importante (5 à 7%), constituée essentiellement d’insectes.

En France, il a été observé se nourrissant également de fleurs, fruits et graines de nombreuses espèces selon les saisons (jeunes feuilles, fleurs de diverses essences, pines de pins, glands, amandes d’olives, agrumes,…), d’écorce d’arbres, avec une part animale peu importante, constituée d’insectes (voir Plan de lutte).

Lorsque les densités sont élevées, sur son aire d’origine et dans les différents pays où il a été introduit, l’Écureuil de Pallas occasionne des dégâts importants par écorçage aux plantations de conifères (Taiwan) et à un grand nombre d’essences forestières, fruitières ou ornementales.

Que ce soit au Japon, en Argentine, aux Pays-Bas, en Belgique et en France, cet écureuil présente la particularité de ronger les câbles téléphoniques, les tubes plastiques, les tuyaux d’arrosage, les bâtiments en bois…, de consommer des agrumes, des fruits d’une manière générale, représentant un impact économique non négligeable.

En Europe, il entre en compétition avec l’Écureuil roux, avec lequel il partage les mêmes habitats et les mêmes ressources alimentaires, bien qu'il soit plus frugivore. Comme la plupart des écureuils, il peut également consommer des œufs et des oisillons. Généralement présent en forte densité, son impact sur les communautés d’oiseaux peut être important.

La situation de cette espèce est, en de nombreux points, comparable à celle de l’Écureuil gris en Grande-Bretagne, espèce dont l’impact est avéré sur l’Écureuil roux, sur les communautés aviaires et sur les essences forestières par écorçage (voir partie Relations interspécifiques).