De nouvelles introductions à venir ?

L’Écureuil de Corée et l’Écureuil de Pallas sont originaires de l’est de l’Asie.
Comment ces espèces sont-elles arrivées dans notre environnement naturel ?
Quelle est la législation en la matière ? Quels animaux sont actuellement vendus en animalerie ?
Quels sont les risques d’installation de nouvelles espèces ?

L'origine des écureuils introduits

Trois modes d’introduction peuvent être principalement distingués :

  • l’introduction volontaire en tant qu’animal d’ornement, généralement dans des parcs ou sites d’attraction : cas notamment de certaines populations d’écureuils de Corée et de la population d’écureuils de Pallas en Belgique, de populations d’écureuils gris en Grande Bretagne ;
  • l’introduction volontaire à partir d’animaux de compagnie achetés dans les animaleries, sur Internet, voire ramenés de voyage,  et dont les propriétaires se lassent : cas de la plupart des populations de tamias en France ;
  • l’introduction involontaire d’animaux échappés d’élevage ou de chez des particuliers : au moins une population en France (Écureuil de Corée), dans la Somme.

L’origine de l’Écureuil de Pallas présent dans les Alpes-Maritimes n’est pas réellement connue.
À la période de son installation, l’espèce n’était pas vendue dans les animaleries. Il est donc probable que les individus à l’origine de cette population aient été directement importés d’Asie par un particulier.

Jusqu'à ces derniers mois, tous les Sciuridés étaient interdits de vente dans les animaleries, excepté l’Écureuil de Corée appelé aussi Tamia de Sibérie. Pour cette espèce, un particulier pouvait détenir au maximum six individus, à moins de posséder un certificat de capacité. Mais les Règlements européens de décembre 2015 et de juillet 2016 modifient cette réglementation (voir ci-dessous "Ce que dit la loi").

Comment contrer l'installation de nouvelles espèces d'écureuils ?

La meilleure prévention est d’interdire leur commerce et leur détention.
Malgré la parution des Réglements européens de décembre 2015 et de juillet 2016 (voir ci-dessous "Ce que dit la loi"),  la route est encore longue comme en témoigne la poursuite de la vente sur Internet de "l’Écureuil du Japon" (il s'agit en fait d'un Écureuil roux, Sciurus vulgaris, et non de l'Écureuil du Japon, Sciurus lis), du Spermophile de Richardson (Spermophilus richardsonii), du Chien de prairie à queue noire (Cynomys ludovicianus) et d’autres espèces d’écureuils (l'Écureuil roux d’Amérique - Tamiasciurus hudsonicus - par exemple).


Les écureuils ne sont pas des animaux de compagnie !

Hyperactifs, supportant mal la captivité, les écureuils doivent rester des animaux de la faune sauvage. Ne les mettons pas en cage !!

Ce que dit la loi